Left wing propaganda

Leftist propaganda is not only easy to spot, it is also difficult to avoid.  Still, for entertainment purposes, I’ll highlight examples now and then.

This one is from a Portland rag called  “Willamette Week”.  It’s from Sept. 30th, 2009, in an article ironically named “Censored”:

De facto segregation deepening in public education… Schools segregated by race and poverty tend to have much higher dropout rates, higher teacher turnover, and greater exposure to crime and gangs, placing students at a major disadvantage in society.

I wonder how many thousands of clueless sheeple read the above article and simply accepted that statement at face value.  According to the above, an influx of black and Hispanic children (into an all white school) will tend to decrease dropout rates, improve teacher retention and reduce crime.  Is this really what we see in real life?  It certainly is not my experience.  In fact, my experience has been the exact opposite.  Since this is a public blog, I warmly welcome any evidence that supports the Willamette’s claims.

Another example, from the same weekly, is from Feb. 24th, 2010 “The China Syndrome”:

The Oregon Department of Energy has been under scrutiny since legislative staff revealed in 2008 that the program’s costs were far higher than previously announced: BETCs cost $22 million in foregone taxes in 2003-05…

The underlying assumption here is that government has a right to our money.  This gives it justification to take our money (steal it, if you will) as “taxes”.  Once this principle is established, the leftist takes his logic one step further: stealing less money counts as “cost”.  What if I were a burglar and the boss, at my regular job, demanded that I work extra hours one night – but I objected that those extra hours would “cost” me several hundred dollars because I would not be able to burgle houses during that time?  What kind of response would I get from my boss?

You will find that, as this column grows, most of my examples will be from free publications.  This is because I refuse to support the leftist media with my money.  While at the Amren conference, I was disappointed to see one of the guests with a brand new newspaper (I think it was the Washington Post).  It looked like he had purchased it.  Folks, please do not buy “mainstream” newspapers!  They hate us.  They hate whites and they hate liberty.  We should not be supporting them.

About jewamongyou

I am a paleolibertarian Jew who is also a race-realist. My opinions are often out of the mainstream and often considered "odd" but are they incorrect? Feel free to set me right if you believe so!
This entry was posted in examples of propaganda. Bookmark the permalink.

6 Responses to Left wing propaganda

  1. Fed Up says:

    Great website. Great writing. But I admittedly have always liked your comments on AmRen.

  2. jewamongyou says:

    Why thank you! Hopefully, the rest of us will be able to enjoy your writings here as well.

  3. Spartan24 says:

    Typical liberal hogwash! They must know the truth deep down but skirt delicately around the issue of lower intellegence among black students and blacks in general. Instead of focusing on the intellegent black students and getting them out of the ghetto situation that will just keep pulling them down (being told that they are “acting white” and other intimidation) they try to move the ghetto to the suburbs.

  4. Arturo says:

    Hi Jay Arturo here :

    Forgive me this is a long post, and I don’t even know if presenting it to you this way will make you see it.

    If you DO see it, please if you care to reply, do so by using the same technique, posting a comment way back in cyberspace time-capsule time, kind of like I’m doing here.

    None of your readers will be able to view this comment from me to you, unless they go in your archives, that is kind of the logic. Also if you check your stats/comments as much as I do, your Word press is set up so that recent comments appear at the top.

    Any who, here’s what I wrote you yesterday (Forgive me: it is extremely long, due in part to the fact that I really like this voice-recognition software, nomesane ?) :

    …/…

    Hi Jay:

    Monsieur I got to tell you, you are an incredibly gifted and super highly entertaining writer. There is something about your writing – a combination of unforced [almost accidental?] wit, intelligence, erudition, and a delightful ability to make your curiosity contagious – that leaves the reader feeling like he is riding shotgun in your observation mobile.

    I almost feel like a thief or a cheat, having spent most of today Friday 6 Nov. MMXV {I’ve been reading JAY.com since at least MMVIIII [wink wink : before reading today about your Rome trip, I would have spelled that “MMIX”!]}…regaling myself reading through your travels, it didn’t cost me a penny how fair is that?

    How is it possible that you don’t do travel writing professionally?

    I have to admit that after traveling with you (cyber-wise) through Ethiopia not too long ago, the delightfully mischievous phrase “I guess you could say they had spiders on the menu” still pops into my head on a regular basis, making me smile contentedly.

    …/…

    Seriously, the more I read through your travel blog, the more I wonder about – not question just wonder about – your motivation, to so selflessly share photos and text that could easily be made to be profitable.

    You know I should say “Admire” instead of “Wonder about”, because to the paranoid that {“wonder about”) might come across as a suggestion that your style is the result of ulterior motives.

    …/…

    I know you of course because of JAY.com (I’m Arturo, he of the shamefully mediocre crimesofthetimes.com) (thanks for blogrolling me BTW)), one reason I and others have an affinity for your writing is of course that you are a red-piller. Sort of in the same vein as – a LOT sort of – Lawrence Auster (PBUH RIP). I believe that you are different from Auster in two important regards:

    Auster was angry and it showed ;
    Auster never spoke of his jewishness.
    …/…

    (Does that sound like an accurate comparison to you?)

    …/…

    The political correction mindset is so strong, I feel like I have to word the following very carefully :

    I very much am intrigued and pleased by the curiosity you have regarding your own roots in Ukraine (right?). Too, I really love the way you never come off as an arrogant Zionist-supremacist. If anything you are politically too neutral in both your blogs, I think, but daskoo*, as they say here in New Orleans. (*it means: “An expression of assent”).

    Not forcing the alternative-Right agenda in your travel log, just makes the thing flow so much more smoothly in so many ways.

    Example: the unenthusiastic Indian employee at your Venice Hotel. You could have gone on and on about what a disaster it is to have so many people like this flooding into Europe, but somehow that would have taken away from the charm of your report from that city of bridges.

    …/…

    So here’s what for me is the hardest part of what I have to say to you about your wonderful travel blog: I sense you’re not going to agree, and even might get pissed off, But this:

    If I commended you a few lines ago for not getting too politically active – specifically pro-Zionist active – in your travel writing, at the same time we did notice how you especially sought out points of Jewish historic interest.

    That part is not our complaint – for example, how wonderful would it be for me, to find out that my brothers and cousins were “exploring their roots” by traveling to the Alsace Lorraine region of France?

    Answer : there is practically zero ethnic Curiosity in any of my many franco-Germanic relatives here in the US. I myself did not even know what part of Europe my ancestors came from until as recently as 2006.

    So I think that awareness about one’s roots is a wonderful thing, though among white people and for obvious reasons, today any desire for fulfilling such awareness is practically non-existent (because politically un-expedient).

    …/…

    So here’s where we are going to disagree: while in Amsterdam, you mention the Anne Frank house. By saying that you had no desire to go there, you were implying that you believe the official narrative, which more and more people are questioning, I think for good reason, please don’t be mad, you believe that the official narrative is 100% true and unimpeachable.

    {Dang I feel like I’m writing for The Root.com, using all these big words n’sheet).

    I think it is plausible, that like many other such holocaust stories, the official Anne Frank narrative might be in part fabrication, I think you know what I mean. A simple google search will reveal that a lot of people think that Anne Frank’s father wrote her diary.

    This is of course not to say that your people have not been persecuted, it’s just that I think that that persecution in the case of World War II has been wildly exaggerated for ideological reasons, and by Jewish Power. In 14 countries in Europe, I could go to jail for what I just wrote.

    You know Jay, another reason I’m writing to you tonight (actually, I am dictating this to my Mac, thereby no doubt exacerbating a serious “get to the point” verbosity problem I have {blame Apple pls})…. Another reason I’m writing to you tonight is that in the past 24 hours, I have seen strange usages of the”6 million” term in print at least three times. Two of those times were while perusing your travel blog.

    In Sydney for example, the “welcome wall” that you posted a picture of, states, in marble, that: “more than 6,000,000 million people have crossed the sea to settle in Atlanta.”

    That damn “6 million” figure just seems to keep popping up everywhere, it’s spooky I swear to Allah I saw it three times in the past 24 hours, once or twice on your blog, and as many times in the sickening pages of the New York Times.

    Okay, I just looked: the “6 million” phrase is also published on your travel log in the Paris catacomb section (where you quote a plaque) :

    “later on, in the nineteenth century, many of these bones
    Representing the remains of some 6 million people…”

    I don’t have time to look it up right now, but in the last 24 hours the “6 million” term has appeared at least once in the putrid pages of America’s newspaper of record, might well have been in an op-ed piece formidably critiqued by Steve Sailer (http://www.unz.com/isteve/curry-rotting-in-the-kitchens/).

    Or maybe this one, by insane Italian leftist columnist Beppe Severgnini :
    http://www.unz.com/isteve/nyt-let-refugees-settle-italys-empty-spaces-is-this-parody-or-not/

    …/…

    Jay I promise you I am not going hard-core holocaust denial here, I am just pointing out the curiousness of the ubiquitousness of this term, “six million.” (A quick google search reveals ninety million results).

    …/…

    I think a smart and talented dude like you should have his ear a little closer to the wall, that separates polite society from a growing horde of people (especially on the alt right) who question not only the Official Narrative, but also the oversized rôle of Organized Jewish Power in the transformation of the West through mass immigration etc.

    …/…

    Please don’t get me wrong, I have massive respect for non-liberal Jews like you, Auster, Mark Levin, Eric Zemmour, and even Michael Savage (did you know his son Ross is NUMBER 42 on Forbes’ billionaires list?). (Rockstar energy drink). (Savage steers clear of his Jewish origins with a ten-mile pole).

    …/…

    Please don’t get mad at me for the Second part of my message, if I were allowed only one sentence it would be to tell you that your travel writing is absolutely out of this world fantastic.

    And you always seem to wind up with foxy travel companions, no downside to that !

    …/…

    J: the last time I got just incredibly immersed in a travel log-I mean I spent like 14 hours nonstop just devouring this incredible story-it was written in about 2008 by a delightful young Belgian couple, Frederick and Josephine, and if you have not already heard of it I encourage you to check it out here:

    http://www.expeditionportal.com/forum/threads/50799-Democratic-Republic-of-Congo-Lubumbashi-to-Kinshasa

    …/…

    I swear I just love your writing. You and I both started our blogs in 2010; unlike me, your readership has gone up and up and for good reason, sort of like M. G. over there at thosewhocansee.blogspot.com.

    I hope I did not offend you in anyway by this comment.

    I would be most eager to get your thoughts on some very jewish-history-centric topics, such as the Jewish-Power role in the introduction of the first non-whites to Britain in the summer of 1948, aboard the SS Empire Windrush, which before being seized by the British, was part of Germany’s “Kraft deurch Freude” travel agency fleet – the largest travel agency in the World at the time. It is noteworthy to say the least, that the Empire Windrush (originally christened by the KDF as the “Monte Rose”), was before the end of the war in the same fleet as the Wilhelm Gustloff – the German cruiseship transformed into a troop transport that was sunk by a Soviet submarine in January 1945, that with upwards of 10,000 casualties, became the single biggest maritime disaster in human history) … to get back to the point… it is noteworthy to say the least that the empire Windrush at the time of England’s first major diversity transfusion /enrichment project, was operated by the New Zealand shipping company, itself operated by powerful Jewish Power interests intent upon revenge not just against Germany, but of all Europe.

    Please check out this absolutely fascinating story by Andrew Joyce of Kevin Macdonald’s “Occidental Observer” you by Andrew Joyce “The Multicultural Jewish Origins of Great Britain”:

    (note : Jay, for reasons I cannot explain, the original article by Andrew Joyce about the absolutely fascinating history of the Empire Windrush, I cannot find an easy path to accessing it. I mean, what’s going on with that?

    Therefore in the absence of the link of the story in English that I have forwarded to many people, unable to find it right now, I am sending you a French version of the same article. Please find it below, I would be most intrigued to read what you thought about this fascinating subject.

    PS: before I close the parentheses, I should point out that my uncle CJ, Based in Houma Louisiana, is one of the most knowledgeable American historians on German U-boat activity during the second world war, especially Gulf of Mexico u-Boat activity. What’s interesting is that even uncle Cj had NEVER heard of the Monte Rosa aka Empire Windrush).

    Les origines juives de l’Angleterre multiculturelle

    Par Andrew Joyce

    BREIZATAO – VIA The Occidental Observer (11/08/2015) Le paquebot Empire Windrush tient une place particulièrement infâme dans l’esprit des nationalistes britanniques. En arrivant à Tilbury Docks, en Juin 1948, avec 417 immigrants noirs à bord, ce navire en provenance de la Jamaïque marquait plus qu’un simple tournant dans l’histoire des îles britanniques. Par certains aspects, il signalait le début de l’immigration organisée massive et non-européenne dans les pays du Nord-Ouest de l’Europe.

    Les juifs et l’immigration jamaïcaine en Angleterre

    Un point m’a particulièrement frappé quand j’ai commencé mon enquête sur les origines de la Grande-Bretagne multiculturelle, il s’agit des circonstances troubles et brumeuses entourant l’arrivée de ce navire tristement célèbre. Mais d’abord, je devrais peut-être attirer l’attention sur une ironie bizarre de l’histoire — le navire qui allait annoncer la fin de l’homogénéité raciale en Grande-Bretagne était à l’origine un paquebot de croisière des Nazis. Il avait commencé sa carrière en 1930 sous le nom de Monte Rosa. Jusqu’à ce que la guerre éclate, il naviguait dans le cadre du programme allemand Kraft durch Freude (‘La force par la joie’). Ce programme avait permis à plus de 25 millions d’Allemands de toutes classes sociales de profiter de voyages subventionnés et de nombreuses autres activités de loisirs, en renforçant ainsi leur sentiment de communauté et d’unité raciale.

    Sur des navires comme le Monte Rosa, la solidarité raciale prenait le pas sur la position sociale grâce à l’attribution des cabines par tirage au sort, au lieu que les meilleures cabines soient réservées à ceux qui en avaient les moyens financiers. Avant que la guerre ne se déclare, le navire emmenait les membres du NSDAP en croisière vers l’Amérique du Sud. En 1939, le navire fut réassigné aux missions militaires. Il servit au transport de troupes pour l’invasion de la Norvège en 1940. En 1944, dans la mer Baltique, il servit à porter secours aux Allemands surpris par l’avancée de l’Armée Rouge en Lettonie, en Prusse orientale et à Dantzig.

    Finalement, en mai 1945, la carrière allemande du Monte Rosa s’arrêta lorsqu’il fut capturé à Kiel par les forces britanniques et considéré comme une prise de guerre. Le 21 Janvier 1947, il fut rebaptisé Empire Windrush par les Britanniques, qui allaient également l’employer comme transporteur de troupes. Partant de Southampton, le navire emmena les troupes britanniques vers des destinations aussi variées que Suez, Aden, Colombo, Singapour et Hong Kong. Point crucial, le navire n’était pas exploité directement par le gouvernement britannique, mais par la New Zealand Shipping Company [Compagnie de transport maritime de Nouvelle-Zélande].

    C’est avec ce petit détail que commence notre descente dans le terrier du lapin blanc. J’ai vite découvert que la New Zealand Shipping Company, comme les autres acteurs principaux de l’histoire du Windrush, avaitdes propriétaires et gérants juifs. La société était principalement sous le contrôle de la famille Isaacs, en particulier les descendants directs de Henry et George Isaacs. Henry et George quittèrent l’Angleterre en 1852 à l’instigation d’un troisième frère, Edward, et débarquèrent à Auckland via Melbourne. Ils établirent la firme E & M Isaacs, se comportèrent en profiteurs pendant les guerres de Taranaki et Waikato, et obtinrent un certain nombre de contrats importants liés à l’approvisionnement des troupes.

    Henry s’impliqua dans les activités de transport maritime et fut membre du conseil d’administration du port d’Auckland pendant de nombreuses années. C’était l’un des principaux actionnaires de la Auckland Shipping Company, qui fut ensuite incorporée à la New Zealand Shipping Company. Les autres principaux actionnaires de la compagnie étaient Laurence et Alfred Nathan, de L.D. Nathan & Company. Dès les années 1890, l’industrie du transport maritime d’Auckland, comme beaucoup de lignes maritimes coloniales, se trouvait en pratique sous monopole juif. Au cours des années 1947 et 1948, et à la discrétion des ministères de la Guerre et du Transport, de nombreux anciens navires allemands furent concédés à plusieurs de ces sociétés privées sous contrat.

    Le secrétaire d’État à la Guerre durant ces années cruciales n’était autre qu’ Emanuel Shinwell, le fils socialiste de Juifs polonais et néerlandais. Il fut découvert par les services secrets du MI5 que Shinwell, avec une loyauté et un patriotisme typiques de sa race, avait transmis des secrets britanniques à l’Irgoun, en Palestine, en Novembre 1947. Pour lui, distribuer de manière disproportionnée les navires et contrats du gouvernement à ses congénères juifs faisait sûrement partie de la routine.

    En 1948, l’Empire britannique était en ruine. L’Inde avait reçu son indépendance en 1947, et une Grande-Bretagne épuisée, débordée, et endettée, s’activait à organiser le retour des troupes coloniales dans leurs pays, et à lever d’autres troupes pour les conflits présents et à venir. LeWindrush servit principalement à cette tâche jusqu’en mai 1948, quand les opérateurs juifs du navire furent autorisés par le Ministère britannique des transports à augmenter leurs profits en le remplissant à pleine capacité en Jamaïque avec des passagers payants (des immigrants au lieu de militaires sous contrat) avant de retourner en Grande-Bretagne avec ces nouveaux colons à bord.

    Cette décision capitale semble avoir été prise très arbitrairement (et certainement de façon non démocratique) car elle causa chez les politiciens britanniques un grand émoi et une grande confusion quand elle fut portée plus tard à leur connaissance. Peut-être auraient-ils été moins surpris s’ils avaient considéré l’origine ethnique du responsable du Ministère des Transports qui avait autorisé cette opération. Durant cette période cruciale, le Ministre des Transports était Harry Louis Nathan, un ancien membre du cabinet d’avocats de Herbert Oppenheimer, Nathan et Vandyk, et également un parent éloigné des propriétaires de la NZ Shipping Company.

    L’oligarchie juive d’Angleterre

    Si ce réseau de relations paraît déjà un peu embrouillé, les lecteurs feraient bien de se pencher sur certains de ces développements et “coïncidences” qui ont eu lieu dans le contexte du Cousinage Anglo-Juif, un sujet que j’ai déjà couvert pour The Occidental Observer il y a trois ans. Depuis le début du 19e siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, les Juifs d’Angleterre ont été gouvernés par une oligarchie étroitement imbriquée.

    Daniel Gutwein affirme que cette élite anglo-juive se composait d’une vingtaine de familles ashkénazes et séfarades liées entre elles, incluant les maisons de Goldsmith, Montagu, Nathan, Cohen, Isaacs, Abrahams, Samuel, et Montefiore. Certains de ces noms sont déjà apparu, et apparaîtront à nouveau dans l’histoire du Windrush. A sa tête, bien sûr, trônait la maison Rothschild.[1] Ce réseau de familles avait un “degré exceptionnellement élevé de consanguinité,” ce qui lui a valu d’être appelé “Le Cousinage.”[2] Les conversions et les mariages exogames y étaient extrêmement rares, pour ne pas dire inexistants. Les activités commerciales du groupe étaient tout aussi imbriquées que leurs lignées ancestrales. C’est ce que j’ai illustré dans mon précédent essai en notant que :

    En 1870, le trésorier du Conseil Juif des Gardiens, à Londres, était Ferdinand de Rothschild (1838-1898), né à Vienne. Ferdinand avait épousé sa cousine Elvina, qui était la nièce du président de la United Synagogue de Londres, Sir Anthony de Rothschild (1810-1876). Pendant ce temps, le Conseil des députés [NdT: London Board of Deputies —principale institution représentative des Juifs de Grande Bretagne d’après Wikipedia] était à l’époque dirigée par Moses Montefiore, dont la femme, une fille de Lévi Barent Cohen, était apparentée à Nathan Meyer Rothschild. La femme de Nathan Meyer Rothschild était une autre fille de Lévi Barent Cohen, et Montefiore était donc l’oncle d’Anthony de Rothschild, mentionné plus haut. (…) Anthony était marié à la nièce de Montefiore, la fille d’Abraham Montefiore et Henrietta Rothschild [3] (…) et cetera, et cetera. En termes financiers, les maisons de Rothschild et Montefiore s’étaient unies en 1824 pour former la Compagnie d’Assurance Alliance, et la plupart des familles s’impliquaient dans les affaires bancaires et le courtage d’actions les unes des autres. Endelmann observe que dans ces sociétés, les “nouvelles recrues étaient entièrement issues des rangs familiaux.”[4] En travaillant étroitement dans le cadre de ce réseau ethnique et familial, le Cousinage amassa d’énormes fortunes. Dans les années précédant la Première Guerre mondiale, bien que représentant moins de 0.3% de la population, les Juifs représentaient plus de 20% des millionnaires britanniques qui n’étaient pas propriétaires fonciers.[5] William Rubinstein fait observer que ces millionnaires, appartenaient tous au Cousinage. [6]

    C’est le Cousinage qui ouvrit aux juifs de Grande-Bretagne la voie dupouvoir politique direct. Dès 1900, grâce à la constitution de réseaux ethniques et familiaux, le Cousinage tenait une grande partie des postes administratifs les plus influents de l’Empire. Feldman fait observer qu’à cette date, la famille Nathan à elle seule tenait les postes de gouverneur de la Côte-de-l’Or [NdT: Ghana actuel], de Hong Kong et du Natal, procureur général et juge en chef [chief justice] à Trinidad, secrétaire privé du vice-roi de l’Inde, secrétaire en chef du gouverneur du Bengale oriental et de l’Assam, et directeur général des postes au Bengale. [7] Au Parlement, Lionel Abrahams était sous-secrétaire adjoint permanent à l’Office de l’Inde. Il travaillait sous la direction de son cousin Edwin Montagu, qui était alors sous-secrétaire parlementaire pour l’Inde. [8]En même temps que se développait rapidement un monopole juif sur les positions clés de l’Empire, il se produisait d’innombrables cas de corruption et d’enrichissement par népotisme. Le Cousinage a joué unrôle déterminant dans la diffusion des faux récits de pogroms russes dans tout l’Occident, dans l’instigation pour des raisons mercantiles de la guerre des Boers, dans le scandale Marconi et dans le scandale de l’argent indien [NdT: concernant un stock d’argent métallique acheté pour le gouvernement indien].

    Les familles Nathan et Isaacs qui détenaient et géraient la New Zealand Shipping Company faisaient également partie du Cousinage, tout comme Harry Nathan, qui occupa le poste stratégiquement utile de Ministre des Transports entre 1946 et 1948. C’est au cours de ces années crucialesque beaucoup d’anciens navires militaires, d’origine étrangère ou non, furent réaffectés à un usage commercial et remis par la Royal Navy à des entreprises privées (aux propriétaires le plus souvent juifs). Tout comme dans l’affaire Marconi, où la corruption par népotisme avait joué un rôle central, le fait que le Ministère des Transports soit dirigé par un cousin juif, et que le Ministère de la Guerre soit dirigé par un autre Juif, était une bonne nouvelle pour les membres du Cousinage, qui s’étaient assuré le monopole des compagnies et lignes de transport maritime. Ils pouvaient espérer bénéficier de contrats à répétition avec le gouvernement pour opérer des navires nouvellement acquis comme l’Empire Windrush. Ces contrats du gouvernement, ainsi que la passion juive du profit, ont joué un très grand rôle dans l’essor de l’industrie du transport de passagers, qui au cours des deux décennies suivantes, allait amener en Grande-Bretagne vague sur vague de Noirs, d’Indiens et de Pakistanais.

    Le monopole juif sur la Jamaïque britannique

    Je ne me soucie pas réellement de savoir s’il s’agissait au départ d’une campagne concertée pour inonder la Grande-Bretagne de populations non-européennes, s’il s’agissait de motivations purement pécuniaires, ou si c’était un mélange des deux. Le fait demeure que les juifs ont tenu des rôles très visibles pendant tout le processus. Même la façon dont les Noirs ont été incités à prendre le bateau pour la Grande-Bretagne mérite une remarque. Environ trois semaines avant que l’Empire Windrusharrive en Jamaïque, les Noirs avaient été bombardés de publicités pour des traversées à bon marché vers la Grande-Bretagne, et d’articles vantant la nouvelle vie qui était possible à Londres. Stephen Pollard écrit que “la réponse fut presque instantanée. Des files d’attente se formèrent devant l’agence de réservation et toutes les places furent vendues.”[9]Les publicités étaient souvent des tracts de propagande présentant une image idyllique de la vie et des possibilités d’emploi en Grande-Bretagne — le contraire de la dure réalité. Elles réussirent quand même à générer un enthousiasme collectif chez les Noirs impatients de rejoindre le nouvel état-providence.

    Daniel Lawrence cite, à titre d’exemple, un immigré qui expliquait son déménagement en Grande-Bretagne: “Eh bien, j’ai quitté la Jamaïque parce que j’avais vu les publicités dans le journal The Gleaner [NdT: Le Glaneur]. (…) Je suis parti pour améliorer ma situation. C’était la principale raison.” [10] Le journal The Gleaner fait partie de la Gleaner Company, qui jusqu’à ce jour bénéficie d’un monopole de fait sur la presse jamaïcaine. Cette société fut fondée en 1834 par les frères juifs Jacob et Joshua de Cordova. Elle est restée depuis lors une sorte de micro-Cousinage jamaïcain. Même quand elle se fit enregistrer comme société privée, en 1897, ses premiers administrateurs portaient un assortiment de noms ashkénazes et séfarades, depuis Ashenheim jusqu’à de Mercado. À l’époque où les publicités pour l’Empire Windrush furent publiées, le directeur général était Michael de Cordova. Même jusqu’à la fin des années 1960, et bien qu’elle ne compte pas plus de six cents individus dans tout le pays, selon Anita Waters, la puissante minorité juive de Jamaïque contrôlait “une grande partie des grandes entreprises de l’île.”[11] Avant que les politiques socialistes du gouvernement Manley ne soient mises en œuvre (1972-1980), les Juifs “contrôlaient l’unique cimenterie du pays, le secteur de la radio, la compagnie de téléphone, et la plus grande compagnie de rhum.” [12]

    L’afflux des noirs de Jamaïque

    Dans la pratique, l’Empire Windrush devint propriété juive grâce au Ministre juif de la Guerre, et reçut du Ministre juif des Transports le feu vert pour augmenter les profits en amenant les premiers non-européens en Grande-Bretagne, avant qu’un journal tenu par des Juifs lui fournisse des armées de passagers empressés. Malgré ces faits, un récit très différent a émergé après l’arrivée du navire. Pollard écrit “qu’avec les années qui ont suivi l’arrivée de l’Empire Windrush (…) il s’est créé le mythe que le gouvernement britannique était responsable d’avoir amené ces passagers dans le cadre d’un plan concerté visant à résoudre la pénurie de main-d’œuvre. (…) Mais c’est faux. La réaction des ministres montre qu’ils furent aussi surpris que le public lorsqu’ils apprirent ce qui se préparait par un télégramme du 11 mai envoyé par le Gouverneur par intérim de la Jamaïque.” [13]

    Ce mythe s’avérait utile parce qu’il reconnaissait le caractère non démocratique de l’évènement tout en détournant les reproches loin des responsables les plus manifestes — les juifs du Ministère des Transports et du secteur du transport maritime. Il est intéressant de noter qu’une fois les contrats attribués et le processus lancé, Harry Nathan quitta tranquillement son poste le 31 mai. Depuis, et jusqu’à ma propre enquête, Nathan a incroyablement échappé à l’attention des chercheurs et des journalistes.

    Le gouvernement travailliste cafouilla après l’arrivée de l’Empire Windrush. Il s’accrocha à l’idée fantaisiste qu’on pourrait retarder la désagrégation de l’Empire en défendant la “tradition” selon laquelle les membres des colonies devraient être “librement admissibles au Royaume-Uni.” [14] Le strict respect accordé par le Cabinet ministériel à ce protocole, qui était bien établi mais n’avait jusque là aucun effet pratique, pourrait aussi avoir été influencé en partie par l’interprétation qu’on leur avait donnée des lois existantes sur l’immigration.

    Le travail d’interprétation des lois en cours à l’intention de la Couronne et du Cabinet relève de la responsabilité du Solliciteur Général — un rôle qui était tenu depuis 1945 par un autre juif, Frank Soskice. Comme je l’ai noté dans un précédent essai, Soskice allait plus tard initier le premier cas britannique de législation interdisant la “diffamation de groupe” [NdT: “group libel” – un genre de législation “antiraciste”]. Soskice était le fils d’un révolutionnaire judéo-russe exilé. C’est lui qui “élabora le projet de loi” et “pilota en 1965 le passage au parlement de la première loi sur les relations interraciales” [Race Relations Act]. Cette loi “visait à interdire la discrimination raciale dans les lieux publics.”

    Un grave aspect de la loi de 1965 est qu’elle a créé un “Conseil des relations raciales” et lui a donné le pouvoir de parrainer des recherches permettant d’observer les relations raciales en Grande-Bretagne, afin que que la législation puisse si besoin être étendue plus loin, sur la base des “découvertes” réalisées. Il va de soi que Soskice aurait pris soin de réprimander, à grand renfort de jargon juridique, toute réaction “raciste” des ministres concernant l’arrivée de l’Empire Windrush et le futur afflux d’immigrants noirs naviguant sur des navires juifs.

    C’est Soskice qui a informé Arthur Creech Jones, le Ministre du Travail aux positions anti-immigration, que ni la Jamaïque, ni le gouvernement britannique n’avaient aucun pouvoir légal, en temps de paix, d’empêcher le débarquement à Tilbury de l’Empire Windrush. C’est ainsi que l’ancien Monte Rosa, autrefois symbole triomphant de la “Force par la Joie”, déversa ses passagers sur la Tamise dans le cadre d’une nouvelle initiative: “Destruction par la Diversité.” Il fut rapidement suivi par de nombreux autres navires de transport de troupes, comme le paquebot Orbita, chargé d’immigrants de couleur, et empestant “le vomi et l’urine.” [15]

    C’est seulement au cours du gouvernement suivant de Churchill qu’eut lieu un début de réflexion sur les implications à long terme du processus qui s’amorçait. Sir Norman Brook nota les paroles de Churchill qui remarquait :

    Des problèmes surviendront si beaucoup de gens de couleur s’installent ici. Faut-il nous embarrasser de problèmes de couleur au Royaume-Uni ? C’est l’attraction de l’Etat-providence. L’opinion publique du Royaume-Uni ne supportera plus cela, quand certaines limites auront été dépassées. [16]

    Mais il était alors trop tard. Au cours de la décennie suivante, l’immigration noire augmenta de façon spectaculaire. Entre 1948 et 1952, environ 2.000 Noirs entrèrent chaque année en Grande-Bretagne. En 1957, ce chiffre atteignait 42 000. Les enquêtes gouvernementales sur cette nouvelle population révélèrent que l’idée que les Noirs aidaient à combler une pénurie de main-d’œuvre était grossièrement erronée. Dans l’un des rapports, achevé en décembre 1953, des responsables de l’administration déclaraient que la nouvelle population avait du mal à se procurer un emploi non pas à cause des préjugés des Blancs, mais parce que les nouveaux venus avaient une “faible productivité” et que leur vie professionnelle était marquée par “l’irresponsabilité, la recherche de querelles, et le manque de discipline.” Les femmes noires étaient “lentes d’esprit”, et les hommes noirs étaient “de tempérament plus instable que les ouvriers blancs (…) plus facilement poussés à la violence (…) manquant d’endurance,” et généralement “en dessous des normes requises par les employeurs britanniques.” [17]

    Eclatement raciale du Royaume-Uni

    Pire, on voyait déjà se mettre en place les formes distinctives de problèmes sociaux et de criminalité qui annonçaient la suite. En 1954, le Ministre de l’Intérieur David Maxwell Fyfe communiqua au cabinet un mémorandum secret sur les Noirs qui prostituaient des femmes blanches. Ce rapport indiquait: “Les chiffres que j’ai obtenus de la police métropolitaine montrent clairement que le nombre d’hommes de couleur condamnés pour cette infraction est hors de proportion avec le nombre d’hommes de couleur à Londres.” [18] Trois mois plus tard, il écrivit à nouveau au cabinet en insistant sur le point qu’un “grand nombre de gens de couleur vivent de l’assistance publique ou des revenus de prostituées blanches”. [19]

    Même si les fameuses émeutes raciales de Notting Hill, en 1958, servent souvent à présenter les Noirs comme des victimes et à encourager une réaction noire contre “l’oppression” par les Blancs, ces émeutes furent en réalité le moment le plus fort de la réaction des Blancs à la criminalité noire et aux mariages interraciaux. Auparavant, en 1958, la Société d’eugénisme, aujourd’hui renommée le Galton Institute, avait averti à plusieurs reprises que le croisement des races qui commençait à se produire en Grande-Bretagne “allait à l’encontre du déroulement normal de l’évolution humaine”, et avait attaqué l’ONU qui sous-estimait les “différences pourtant évidentes entre les populations et les individus.” [20]

    Les émeutes de Notting Hill, une dizaine d’années après l’arrivée de l’Empire Windrush, se produisirent suite à une soirée du mois d’août où de jeunes Européens s’étaient interposés dans une dispute entre une prostituée suédoise et son “mari” noir Raymond Morrison. Une bagarre éclata entre les jeunes et les amis de Morrison. Le lendemain, plusieurs des jeunes Blancs agressèrent verbalement la Suédoise qu’ils accusèrent d’être “la catin d’un Noir.” Ensuite, ils réunirent entre trois et quatre cents camarades pour commencer une violente manifestation contre la criminalité noire, qui provoqua six jours et six nuits de guerre inter-ethnique presque ininterrompue.

    Cette période aurait été l’une des plus belles occasions pour la Grande-Bretagne de renverser la vapeur et d’arrêter l’immigration. Mais, comme je l’ai précédemment documenté, c’est à la même époque qu’à commencé l’imposture de la loi sur les “relations raciales”, grâce aux efforts d’une armée d’avocats juifs non élus. La liberté d’expression s’est trouvée étouffée, et avec elle, toute possibilité d’une résistance efficace des Blancs.

    Après avoir pris feu au cours d’une traversée, l’Empire Windrush coula au large des côtes de l’Algérie en 1954. Il allait laisser une empreinte durable. Les libéraux et les élites liées au marxisme culturel ont donné le nom de “Windrush Square” à un espace public de Brixton, à Londres, pour commémorer le 50e anniversaire de son débarquement. Ce navire figurait également à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de 2012, et son gouvernail repêché repose comme une relique offerte à la vénération dans les bureaux de l’Université Ouverte de Milton Keynes.

    Je pense cependant que l’Empire Windrush a laissé certaines traces plus tangibles. L’année dernière, le Jamaïcain Lloyd Byfield s’est introduit par fracassement dans l’appartement de la Londonienne Leighann Duffy après qu’elle ait repoussé ses avances. Armé d’un marteau arrache-clou et d’un couteau, il l’a poignardée 14 fois devant sa fille de six ans. Ce qui rend ce crime brutal encore plus répugnant est le fait que Byfield était un immigrant illégal qui avait déjà fait 30 semaines de prison après avoir attaqué une femme blanche avec un burin. Une ordonnance d’expulsion avait été produite dans le cadre de cette condamnation, mais n’a jamais été exécutée, car la Grande-Bretagne reste aussi apathique sur les questions de race et d’immigration qu’elle l’était en mai 1948. Les enfants britanniques orphelins, violés ou assassinés, sont le véritable héritage de ce voyage fatidique de l’Empire Windrush, et en donnent l’image la plus juste. Mais il faut espérer que les rouages de ce voyage sont maintenant un peu mieux connus.

    [NdT: Harry Nathan était officiellement Ministre de l’Aviation entre 1946 et 1948, mais dans un commentaire suivant l’article d’origine, l’auteur explique qu’à cette époque, les responsabilités réparties entre les différents ministères liés au transport se chevauchaient souvent et étaient en réorganisation permanente. Harry Nathan était un personnage clé au Ministère des Transports.]

    [1] D. Gutwein, The Divided Elite: Politics and Anglo-Jewry, 1882-1917(Leiden: E.J. Brill, 1992), p.5.

    [2] T. Endelmann, “Communal Solidarity and Family Loyalty Among the Jewish Elite of Victorian London,” Victorian Studies, 28 (3), pp.491-526, p.491 & 495.

    [3] Ibid, p.496.

    [4] Ibid, p.519.

    [5] Ibid.

    [6] W. Rubinstein, “The Jewish Economic Elite in Britain, 1808-1909,”Jewish Historical Society of England. Available at: http://www.jhse.org/book/export/article/21930.

    [7] D. Feldman, “Jews and the British Empire c1900? History Workshop Journal, 63 (1), pp.70-89. Available at: http://eprints.bbk.ac.uk/655/2/655.pdf.

    [8] Ibid.

    [9] S. Pollard, Ten Days That Changed the Nation: The Making of Modern Britain (Simon& Schuster, 1999), p.4

    [10] D. Lawrence, Black Migrants, White Natives: A Study of Race Relations in Nottingham (Cambridge University Press, 1974), p.19

    [11] A. Waters, Race, Class and Symbols: Rastafari and Reggae in Jamaican Politics (Transaction, 1999), p.41.

    [12] Ibid.

    [13] Pollard, p.5.

    [14] Pollard, p.8.

    [15] I. Thomson, The Dead Yard: Tales of Modern Jamaica (Faber & Faber, 2009), p.53.

    [16] Pollard, p.13.

    [17] K. Paul, Whitewashing Britain: Race and Citizenship in the Postwar Era (Cornell University Press, 1997), p.134.

    [18] J. Procter, Writing Black Britain, 1948-1998: An Interdisciplinary Anthology (Manchester University Press, 2000), p.71.

    • jewamongyou says:

      Arturo, that has got to be the most impressive, and thoughtful, comment I’ve ever read. Thank you so much for your kind words. I wish I could actually live up to them.

      I haven’t actually read all of your comment yet (I don’t read French), but I’ll tell you that I’ve been skeptical of Holocaust claims for some years now. But when I was in Amsterdam the first time, when I visited Anne Frank’s house, I hadn’t yet delved into this. So I recounted what my thoughts were, at the time, accurately. I’m not sure if you remember, but I did write a couple of posts on this blog about Holocaust revisionism.

      I’ll definitely check out that travel blog. Sounds like it’s really good! As for my travel blog, it only gets 5 or 6 visitors a day. This blog gets maybe 200-300/day, unless I post something really interesting.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s